Armand Vaillancourt 1932-


Biographie

Né à Black Lake en 1932, ce sculpteur et peintre étudie à l'École des beaux-arts de Montréal.

En plus d'être innovateur dans l'utilisation des techniques et des matériaux, il poursuit une quête sociale en dénonçant l'injustice, la violence et le racisme dans le monde. Selon Armand Vaillancourt, l'art abstrait est la seule voie acceptable au XXe siècle. La façon traditionnelle de tailler le bois et la pierre, avec masse et ciseau, lui semble trop lente. Par contre, tous les outils rituels du feu, le compresseur, le marteau électrique, le lance-flammes, les torches et chalumeaux acétyléniques le fascinent. L'œuvre de cet artiste explosif révèle une part de grande douceur et de profonde méditation. Jetons un regard sur ses idées, sa technique, son œuvre, dont l'installation de sa gigantesque sculpture à Asbestos, sous les yeux des gens de l'endroit, enthousiastes ou sceptiques.

Il crée de nombreuses sculptures pour des places publiques du monde dont « Je me souviens » (1969), fontaine-sculpture à Embarcadero Plaza, à San Fransisco, et « Justice! » (1983), que l'on retrouve au Palais de Justice de Québec. Dans les années 90, il s'attaque à des œuvres d'envergure plus modeste qui tendent à harmoniser nature et sculpture.

Tout en poursuivant sa quête de valeurs sociales plus justes, il se rapproche de son public, particulièrement les jeunes, en donnant des ateliers de création spontanée à partir des matériaux de récupération.

Parmi ses 3 000 créations, soulignons « L'Humain », monument contre la guerre érigé à Chicoutimi en 1959, et «El Clamor», érigé à Saint-Domingue en 1985, en hommage aux peuples latino-américains.


Oeuvres de l'artiste