Marc Aurèle De Foy Suzor-Coté RCA 1869-1937


Biographie

Suzor-Coté débuta sa carrière artistique comme apprenti chez le peintre décorateur Joseph-Thomas Rousseau. Ils travaillaient conjointement sur le Collège commercial et les églises de Sainte-Anne-de-Sorel et de Saint-Christophe d'Arthabaska (sa ville natale). Après la réalisation de ces projets, il décida de faire un séjour en France, séjour qui dura trois ans. Arrivé en mars 1891, il suivit les classes préparatoires pour l’admission à l’École des beaux-arts en juin. Il étudia également dans les ateliers de Carmon et de Harpignies, et dans celui de Paul Maurou, qui l’initia à la lithographie.

Malgré ce séjour à l'étranger, il parvint néanmoins à réaliser une première exposition en 1892 à Montréal, et en 1894 au Salon de la Société des artistes français. En juin de cette même année, il revint à Arthabaska et se consacra les trois années suivantes à ses toiles et aux expositions. Dans sa ville natale, il jouissait d’une célébrité presque comparable à celle d’un autre natif de sa ville, sir Wilfrid Pelletier. Quelques années plus tard, en 1909, Suzor-Coté fut même mandaté pour réaliser le portrait de l'ancien Premier ministre, mais cette toile fut détruite en 1916.

Avant ce portrait qui fit sa renommée, Suzor-Coté effectua un deuxième séjour en France. Il étudia aux Académies Julian et Colarossi tout en réalisant des expositions au Canada et en Europe. À la même époque, il commença à se lancer dans la sculpture. Bien qu’il excellât dans ces deux techniques, ses tableaux lui rapportèrent un plus grand succès. En 1914, il avait reçu plusieurs autres commandes officielles pour des portraits et fait son entrée à l'Académie royale des arts du Canada.

Au début des années vingt, ses portraits, ses nus, et ses paysages l’avaient largement fait connaître et il s'était même acquis une certaine renommée en tant que sculpteur. Tout au long de sa carrière, il reçut une foule de prix, dont deux fois le Prix Jessie Dow. Vers la fin des années vingt, la maladie l’obligea à réduire ses activités et, pour l’aider, le gouvernement acheta plusieurs de ses toiles - investissement qui s’est révélé fort judicieux. En janvier 1937, l'artiste s’éteignit à Daytona Beach, mais fut enterré la même année à Arthabaska.


Oeuvres de l'artiste