Jean Paul Pépin 1897-1983


Biographie

Un des peintres de la Montée Saint-Michel, ancien nom de la rue Papineau entre Mont-Royal et le boulevard Crémazie, il étudie au Conseil des arts et manufactures. Dans les années 20 à 50, Pépin expose à la librairie Décon, à la Galerie Morency, à la Galerie Olivier et à l’École des arts et métiers de Montréal.

La Montée Saint-Michel a attiré de nombreux artistes peintres montréalais. Pepin croit qu’il est permis de dire qu’aucune rue de Montréal ne sait mieux que les rues de Sainte-Rose nous raconter l’histoire de notre province. Il existe très peu de ces tableaux dont on puisse dire qu’ils dessinent un territoire en particulier.

Comme tous les peintres de cette période, ils se disent les défenseurs de l’univers culturel des francophones du Québec, à la fois en fonction de la langue et de la religion. Il faut ajouter qu’à cette époque, l’Église possède un champ d’action considérable. Elle exerce une forte emprise sur l’éducation et les arts.

L’Action Française, en est un bon exemple. L’emprise de l’Église montre toutefois des signes d’effritement après la première Guerre mondiale et c’est la que l’artiste commence à compter.

L’univers culturel montréalais s’alimente en effet à des sources diverses et il devient impossible d’exercer un contrôle sur le flux d’idées, de modes, de produits culturels et de divertissements qui déferle dans la métropole.

Pépin fut l’une des figures de l’art les plus marquantes de cette époque.


Oeuvres de l'artiste