Steven Lamb 1958-


Biographie

Frisant le grotesque, les images de Steven Lamb se veulent, sans tomber dans la caricature féroce, un commentaire sur la société de classes et de masses. Plutôt que de faire appel à la colère, il a recours à la fantaisie afin de captiver son public. Son passé influe sans aucun doute sur le choix de ses thèmes.

Né en 1958 à Sofia en Bulgarie, après avoir obtenu son diplôme secondaire et effectué les deux années de service militaire obligatoire, il choisit d'étudier à l’Académie des beaux-arts de Sofia, en se spécialisant en gravure de reproduction et en illustration. Cette formation le conduisit à étudier la conception graphique et la peinture à l’Académie de Leipzig dans l’ancienne Allemagne de l’Est. Son diplôme obtenu, il revint chez lui en Bulgarie et travailla comme artiste indépendant. En 1986, il tint sa première exposition personnelle en Bulgarie puis, en 1988, une exposition itinérante dans trois villes en Allemagne qui lui valut une invitation pour exposer à Cuba. En route pour Cuba, lors d’une escale à Terre-Neuve pour se réapprovisionner en combustible, il décida de rester et de solliciter le statut de réfugié. Peu lui importait que ses peintures et affaires personnelles soient envoyées à Cuba : il était maintenant libre.

Une fois à Terre-Neuve, il travailla comme illustrateur et graveur, saisissant chaque occasion d’exposer son travail. En 1993, il remporta un prix à la 54 Gallery de Soho, à New York. Cette année-là, il s’installa à Montréal et l'année suivante, devint citoyen canadien. Il aime peindre la nostalgie de Montréal et de ses résidants. Ses personnages sont souvent voûtés, déformés et grotesques, mais à leur façon, toujours gracieux et attachants. Partant parfois de photos, il recourt toujours à son imagination pour élaborer l’image finale. Il ajoute même de la colle et du sable fin à la couche de base pour peaufiner la texture. Des techniques qu’il a, dit-il « appris en Europe, et qui me rendent bien service ici ».


Oeuvres de l'artiste