Dominic Besner 1965-


Biographie

Depuis plusieurs années, Besner se consacre exclusivement à la peinture dans sa recherche d'une esthétique pour représenter sa vision du monde. Ses tableaux, colorés et émouvants, s'inspirent de ses études en architecture, de ses maîtres à penser en peinture et de ses rencontres au fil des ruelles de Montréal. Ses tableaux témoignent d'un regard insistant et ludique sur le monde qui nous entoure. Profondément marqué par le ravage des corps, par ce qui du corps s'impose au regard et à la réflexion, Besner crée des personnages qui gardent les traces du passé, qui semblent parfois l’ombre d'eux-mêmes et qui affrontent leur destinée jusqu'au bout. Cette faune fabuleuse, inspirée de certains personnages d'Otto Dix et de Nicolas de Crécy, bédéiste, entre autres, avance peu à peu vers demain, à la manière des êtres humains, êtres déchirés, toujours rongés par l'espoir… Né en 1965, à North Lancaster en Ontario, Besner décroche en 1992 un bac en architecture à l'Université de Montréal. Sa formation d'architecte, entreprise au Collège Algonquin à Ottawa quelques années auparavant, lui a permis d'amorcer une réflexion sur la ville et sur ses composantes : son caractère éminemment humain, la tradition dont doit tenir compte toute articulation d'un plan urbain et les éléments nécessaires à sa survie au sein d'un milieu de vie culturel. Sa fréquentation du milieu universitaire lui a inculqué un regard critique lui permettant de définir sa vision d'un milieu de vie axé sur l'humain, avec une préoccupation pour le passé, le présent et l'avenir. Cette formation l'a surtout amené à découvrir sa véritable passion, la peinture, et à envisager son métier de façon à transformer son bagage formel en une esthétique picturale de la figure et de l'espace, à travers le regard de l'artiste, soit mi-réaliste, soit mi-fictif. Besner emploie, pour la création de ses tableaux, une technique mixte sur canevas; il privilégie le pastel à l'huile et sa palette riche en couleurs, ainsi que la peinture acrylique, le mortier de structure, le marqueur gras et la peinture aérosol. À ces matériaux s'ajoutent une technique d'application avec les doigts et le grattage de la toile. L'exposition La démesure des convoités mettait en scène, comme l'indique le titre, des objets plus grands que nature. Des visages d'hommes et de bêtes, des animaux, des femmes et même la ville, mère productrice de ces personnages hauts en couleur par la forme démesurée des tableaux, bien entendu, mais également par le caractère métaphorique du traitement des personnages. Besner ne cherche pas à reproduire un monde réel; ses visages dépassent le figuratif pour suggérer la juxtaposition de plusieurs plans imaginaires, lesquels font parties intégrantes du personnage représenté, même lorsque celui-ci n'a qu'un visage pour parler.


Oeuvres de l'artiste